Des nouvelles de Misou

Misou a trouvé une famille d'accueil à Wolfisheim ! Notre amie Christine et Julian, son fils, ont fait une partie du trajet et Estelle a effectué l'autre partie. Voilà comment Misou a migré vers l'est :

Chatlut à tous !
Misou, ce prénom vous parle ? Ouiii ! Je vais enfin vous donner quelques petites nouvelles.
Cela fait un mois et demi que Mimi a quitté votre belle région chaude, pour vivre… dans une région « froide », l’Alsace !
Mimi est un minouchat parfait, attachant et excessivement câlin. C’était un chat errant, je le rappelle…
Au tout début, nous l’avions enfermé dans une pièce à part et il dormait énormément. Mais très vite, environ au bout de quinze jours, Mimi voulait sortir. Nous avions accepté sous certaines conditions : accès au couloir, sans forçage et avec Koca. Koca est sa petite sœur de 3 ans, la seule qui ne crachait pas, qui était très curieuse de cet intrus. Nous l’avions fait plusieurs fois… et forcément, tous les deux étaient demandeurs pour se revoir à chaque fois. Donc inévitablement, nous avons fini par lui donner accès à tout l’appartement.
Il n’y avait quasiment aucune adaptation à faire. Mimi était CHEZ lui… ce fut impressionnant ! Toujours là. Toujours présent. La queue en l’air. Toujours en train de s’annoncer en rentrant dans une pièce, pour nous, et pour son frère et ses sœurs !
Le seul hic, c’est que Mimi VEUT être aimé de tous. Pour Koca, pas de problème, c’était dans la poche. Mais nous avons également, Choco, femelle de 14 ans, et Crunchy, un mâle de 10 ans. Mais quand Mimi a quelque chose dans la tête, il ne l’a pas autre part ! https://static.xx.fbcdn.net/images/emoji.php/v9/f57/1/16/1f609.png;))
Donc, Mimi a commencé à « harceler » son frère Crunchy et sa sœur Choco… et là… ce fut la fête du slip !
Choco a un caractère de cochon : elle est aussi très têtue. Nous avions droit à un concert de crachats, feulements, grognements… et au refus de manger. Je vous épargne tous les détails qui m’ont amenée à la conduire chez la vétérinaire. Verdict : arrachage d’une canine et problème au pancréas. A son retour, Choco était différente avec Mimi. Ce n’était donc pas l’arrivée du petit nouveau qui la perturbait : elle avait tout simplement mal.
Pendant cette période de concerto gratuit, Mimi n’a jamais montré aucun signe d’agressivité, ni n’a baissé les bras. Il insistait encore et encore pour être aimé par Choco et Crunchy, quitte à laisser tomber un peu Koca.
Crunchy, qui est l’ombre de Choco, qui attend normalement que Choco accepte en premier, a accepté en premier Mimi.
Pendant un mois, ce fut un va-et-vient chez le vétérinaire. Les « trois anciens » ont eu droit à leur check-up annuel, où il n’y avait RIEN, je précise. Et CHACUN a dû y retourner une deuxième fois : Choco (cf. plus haut), Koca (gale et problème dent-gencive) et Crunchy (teigne).

Il faut « écouter » ses minouchats. Savoir « lire entre les lignes ». Et ne pas hésiter à demander conseil et faire des recherches. C’est ce que j’ai fait…
Côté vétérinaire, j’ai également dû emmener Mimi, qui commençait à ne plus aller bien. Je vous épargne à nouveau tous les détails.
Aujourd’hui, Mimi va mieux et vit pleinement sa nouvelle vie. C’est un amour ambulant avec nous. Et avec son frère et ses sœurs, cela se passe bien. C’est comme s’il avait toujours été parmi nous.

Quelques anecdotes :
- Koca et Mimi :
• quand l’un n’est pas dans la même pièce, il appelle l’autre à l’aide d’une grosse balle à l'intérieur de laquelle se trouve un grelot ; et l’autre arrive.
• Koca a appris à boire à Mimi, car à son arrivée, Mimi ne buvait pas.
- Choco et Mimi : Choco a un caractère de cochon et c’est la matrone des lieux. Mimi n’en a que faire, vu qu’elle l’a acceptée et qu'il le sait. Donc, monsieur s’amuse à faire des sauts au-dessus de madame… ce qu’elle n’aime guère. Mais lui, ça l’amuse !
- Crunchy, Koca et Mimi : Crunchy et Koca ont appris à Mimi à quoi servait une canne à pêche ; une canne à pêche ne sert ni à taper ni à faire mal, mais à jouer (Mimi en avait une trouille bleue).

Mimi a le coryza, est FIV et avait la gale. Mais peu importe. Il est sous traitement et se bat. Et nous sommes là pour lui. Tous les membres de la famille, humains et animaux, sont à son écoute et l’aident à leur manière.
Quand on veut, on peut. Et pourtant, croyez-moi, ce n’est pas simple. Chacun a son médicament, un traitement à suivre. Mais quand on aime, on ne compte pas. Je suis novice et je continue à apprendre.

Souvenez-vous de cet été : c’était l’invasion des chatons et personne ne voulait prendre Diego ou Misou… ils étaient sales et malades… et pourtant, regardez-les aujourd’hui… on peut déjouer le mauvais sort juste avec de l’amour et de la patience.

A bientôt !
Misou, Koca, Crunchy, Choco, Julian et Christine