Hommage spécial à tous ceux de l’ombre…

Nourrir des chats sous des conteners poubelles la seule solution pour ce lieu qui est devenu le lieu de vie des chats mis au rebut. Cette année on a trouvé deux adultes dans un petit carton bien scotché le tout dans une poubelle avec la canicule !

Les nourrisseuses et nourrisseurs des chats des rues,
Si peu connus,
Si peu reconnus
Dans le froid, la neige
Pas un seul jour sans leur venir en aide.
Ils sont le seul espoir de ces petits miséreux,
leur survie.

L’espoir de calmer leur ventre affamé
L’espoir d’un peu moins de froid glacial et de pluie dans un abri comme il se peut.
Ici une couverture jetée par ceux qui ne « voit pas »
Ici une autre, chinée par çi, par là.
Et Pitance si chèrement acquise, au prix de
« d’abord pour eux » … ces petiots de la rue.

Nourrir proprement, rapidement et tout effacer dés que les chats ont finis leur gamelle, eux disparaitront de la vue. Ils savent qu’ils ne doivent leur survie qu’à leur méfiance et l’aide du nourrisseur

« Ces chats de personne »
Ces chats de personne qui devraient être à tous
Ils sont les leurs, parce que
Justement ils n’ont … « personne ».

Souvent elles nous appellent parce que trop souvent
« Oh non une maman a été jetée là » 
Parce que…
Ben parce que… certains « oublient » qu’un mignon chaton » devient 4 mois plus tard une future maman…
« Bah, là il y a déjà des chats ici, alors elle va bien se débrouiller …
allez ! et pis bah !  y a des gens qui donnent de la bouffe… regarde ! . » 

Minet qui appelle à l’aide, il est épuisé par la dureté des conditions de vie dans la ville et des misères faites par les humains qui le côtoient

Et parfois, on nous appelle parce que un pauvre hère agonise, éclaté par une voiture ou un maltraitant.

Et parce qu’elles sont là pour s’apercevoir que ….
« regarde le petit grisou, ou Domino, regarde il est malade, regarde comme il a mal … » 

Simplement parce que cette satané nature…
si elle est si belle, c’est pour nous faire oublier combien elle peut être cruelle aussi 

alors…

Minet d’une famille rejeté une fois devenu près à se reproduire car trop bruyant, (pourtant c’est la nature qu’on nous jette toujours à la figure) nous n’avons pas pu le rentrer en accueil par manque de place et il a vite été malade, trop maigre pour réussir à survivre.

Alors..
Oui on les aide,
on piège,
on assiste,
on se « serre la ceinture » aussi pour leur venir en aide.

Et demain, que faire ?
on aimerait que ces miséreux n’aient plus ni faim, ni froid,
qu’eux aussi aient la chaleur d’un foyer.
Mais la réalité n’est pas nos rêves,
et parfois quand la campagne est chaleureuse, on ouvre les cages avec plaisir, 
Mais parfois c’est le coeur lourd quand c’est le bitume qui est leur domaine …

Billy 4 ans de rue son poils nous raconte combien c’est difficile d’y vivre

Mais elles sont là ces héroïnes et héros de l’ombre qui,
on le sait ne les abandonneront jamais …
On ne les voient pas, anonymes, discrètes….
Elles comptent sur nous comme nous comptons sur eux…

Relâchés, stérilisées, guéris pour le moment, nous devrons partir…
Parce qu’il faudra venir en aide à d’autres miséreux …
Ici, là et encore là bas … 
Mais nous savons qu’elles seront sans faille, toujours pour eux chaque jour …

Pour eux les petits errants qu’on appelle  » chats libres » mais n’ont de liberté que le nom…
Parce que que être « chats des rues » ce n’est PAS « être libre« ,
ce ne sont ni des lions ou des tigres dans la savane…
Oh que non, c’est une vie de souffrance,  de peur, de faim… de maladies.
Alors aujourd’hui …
c’est un hommage à tous les « grandes et les grands » de la protection animale .
Ceux pour qui c’est tellement naturel,
l »humain » de leur « donner à manger à ces pauvres bêtes  » comme elles disent si humblement .
MERCI A VOUS,
Anges gardiens de ces chats des rues qu’on appellent libres mais qui sont prisonniers d’un monde cruel,
fait par et pour certains humains…. 
Chapeau bas …

Articles recommandés