Dédé ou la destinée

Edouard 1er est un chat qui a dû son salut à deux personnes : Josette, qui l’a tiré d’un mauvais pas, et Cathy et sa famille, qui l’ont accueilli. Edouard, dit Dédé, a l’habitude de converser régulièrement avec l’association : « Je suis le Zadig félin, car moi aussi, j’ai lu Voltaire. » Eh oui, Dédé est un érudit ! 

24 oct 2022 : 

« Coucou marraine, regarde donc comme je suis bien dans le panier ! Cathy m’en avait installé un en osier, mais j’ai préféré celui là, surtout que je l’ai volé à la chose noire de cinq kilos, son Lulu, un espèce de chien… berk !

Je le défends : Lulu, ouste ! Pas peur de cette demi-portion ! Le fifils à Cathy, c’est moi, le Roi Dédé 1er.
Je vais très bien, je suis un ogre. Cathy essaye de me rationner, je réclame de la pâté spéciale rien que pour moi toute la journée… Quand elle me trouve près de la gamelle, elle me voit remuant la queue d’un ton autoritaire. Et quand je lui cours après, elle a du mal à résister à mon charme.
Marraine, elle est vraiment dure ma retraite 😉 ! J’en profite un max, surtout que personne ne résiste à mon charme : je joue le jeu, je me laisse caresser, je les mordille pour en avoir, je ronronne… faut bien que je paye de ma personne ! Un petit coucou à tous les potes des rues que tu sauves.
Je te laisse marraine, je vais reprendre mon travail favori : dormir et surveiller mes esclaves humains ! Je trône dans le grand salon et de ma place, je surveille tout !
Chamitiés.

Édouard 1er alias Dédé, le petit gars des rues. »

11 décembre 2022 :

« Coucou grande marraine, tout va bien, mais une seule chose me contrarie : mon esclave Cathy me saute dessus tous les jours vers 19 heures et m’enroule dans un plaid, mon plaid ! Elle est très futée et je ne la vois jamais arriver… elle ose me transformer en saucisson !

Elle m’attrape par derrière, me fourre un tube dans la bouche (une seringue) et envoie un produit infect en me murmurant que c’est pour mon bien😡.
Tu parles, il est dégueu son truc ! Enfin t’imagines, moi, Dédé, Édouard 1er, oser me faire ça ! 
Du coup, je ne peux me défendre. Je te promets que si, la prochaine fois, elle oublie une patte, je lui ferai une belle signature sur les bras… je n’ai jamais le temps de me sauver de cette sorcière !
 
Je suis fort mécontent et dès qu’elle me désaucissonne, je pars en courant me planquer dans les jambes du grand.
Elle essaye de me raconter des histoires du style : c’est pour que j’aille bien, pour que je n’attrape pas de microbes… m’en fous de ses crobes… c’est pas bon son truc ! Il y a de quoi  bouder, mordre et râler. Puff… déjà, j’ai pas bien compris quand le grand m’a mis dans la boîte. Il m’a amené chez le doc des chats. D’habitude, j’ai droit à des caresses et à une piqûre. Ils sont bien sympathiques, mais ça pue dans cette maison… il doit y avoir des quatre pattes toutous qui y traînent… Bref ! Eh ben non, cette fois, ils m’ont bien fait la piqûre. Mais dis donc, j’ai pas compris… j’ai eu sommeil d’un coup et quand je me suis réveillé, je me suis retrouvé dans une drôle de pièce, dans une cage. Moi en cage… t’imagines ? J’étais tout pas bien, j’ai dû rencontrer un engin à quatre roues, tu sais ces trucs gris et grands qui sont sur les routes… Pas possible je te jure, suis pas sorti.
J’ai dû faire un cauchemar et dans ma belle gueule, j’ai eu beau passer la langue, compter et recompter, ils m’ont piqué mes dents !
Je vais te laisser, grande marraine. Mon esclave qui tape sur la boîte magique pour te donner des nouvelles me dit que je vais pas passer deux heures à me plaindre. Enfin… comme d’hab ! Et puis j’ai un sacré sommeil à faire, je suis presque en retard ! Je te colle une caresse et je m’en vais me rouler dans mon plaid contre le radiateur.
Chalut grande marraine, bon dimanche.
Dédé alias Édouard 1er « 

Articles recommandés