Hector, chat mâle gris bleu fines rayures, 2 ans environ

Nîmes centre, à 300 m de la Coupole des Halles -

Voici ce que raconte sa famille d'accueil actuelle :
Depuis quelques mois ma voisine et moi l'avions repéré, furtif et craintif, quand il venait manger à la soupe populaire... Nous avions essayé de l'approcher, sans succès. La capture était prévue dès que possible et ce n'était jamais le bon moment.
Jeudi soir dernier, j'avais accepté d'aller aider une jeune bénévole pour capturer le dernier chat non stérilisé sur un site. Nous avons fait chou blanc, car le pépère n'est pas venu. 
Mais Béatrice me donne le fond de poisson qu'elle avait pris pour attirer le minet. Je repars donc avec le piège et de quoi le rendre sympathique, dans l'idée de rentrer à la maison, donner le poisson aux chats et me coucher, parce qu'il est déjà 22 heures.
Évidemment, dès que je m'engage dans ma rue, je le repère : prostré à côté de la porte de Michelle, ma voisine, il ne s'approche pas de la gamelle. Sur le moment, je ne vois pas qu'elle est pleine, mais comme il est là, que j'ai un piège et de l'appât, je tente ma chance.
Puis, je vois qu'il a un œil fermé. Coryza sans doute. Son compte est bon : je dois le capturer.
Il est entré directement dans le piège en deux minutes chrono : c'était bon !
Le lendemain matin, j'appelle le vétérinaire : ce sera un autre chat mâle que celui que l'on avait prévu et il y a un bonus : son œil malade.
Nous convenons qu'il verra son œil en même temps qu'il le stérilise. 
Treize heures : je reçois un SMS : le chat et son magnifique épillet à côté de lui...
Bonne nouvelle : au moins, on aura réglé un problème qui pouvait devenir grave.
Mauvaise nouvelle : il faut lui mettre de la pommade dans l’œil six fois par jour durant huit jours...

Bien sûr ! Et s'il est sauvage, on fait comment ??!

Le vétérinaire m'assure qu'il n'est pas des plus sauvageons... Ah c'est sûr qu'au sortir de l'anesthésie, je ne suis pas très inquiète... mais après ?

Sur le chemin du retour, je râlais après moi... je voulais uniquement le faire stériliser et me voilà à le soigner... Pffff... indécrottable je suis.

Hector a fait la gueule en entrant dans la grosse boîte de transport à chien destinée à lui servir de cage. Je l'ai fermée comme j'ai pu, car mon chien a mangé les morceaux en plastique qui tiennent la porte...
Et j'ai retrouvé Hector libre dans ma salle de bain, et pas super content d'être dans une maison.

Et j'ai eu une bonne surprise : c'est un gentil ! Il a déjà eu une maison, cela se sent. Il feule si l'on est brusque, mais les câlins amenés calmement et doucement ont vite raison de sa demande de distance.
Du coup, la pommade n'est pas très appréciée par le minet, mais il l'accepte. "

Donc, en résumé, si vous voulez poursuivre le sauvetage initié par les deux voisines du centre-ville, soyez les bienvenus : en tant que famille d'accueil ou directement en tant qu'adoptant et donc propriétaire à vie du chat !
Les critères seront simples : il faut être patient, calme et attentif, car il a encore besoin de reprendre confiance en l'être humain. Un extérieur sécurisé ou calme est requis.

Vous pouvez le rencontrer et l'adopter : composez le 06 10 71 23 27 pour convenir d'un rendez-vous. Une participation de 120 euros, dont 40 € en espèces, vous sera demandée pour la stérilisation, l'identification et le déparasitage. Si vous désirez devenir la famille relais ou d'accueil, contactez egalement le 06 10 71 23 27.

Prévoyez la photocopie d'une carte d'identité et d'un justificatif de domicile.

L'adoption sera effectuée dans le cadre d'un contrat d'adoption, qui engage l'adoptant à s'occuper correctement de l'animal. Nous nous réservons le droit de visiter le chat, comme il est mentionné sur le contrat.

Nous cherchons la meilleure adéquation entre ce minet et sa future famille, pour que tous soient heureux, tant lui que vous :)

A lire avant l'adoption : l'adoption  et une fois l'adoption effective : nos conseils