Pachou ou comment on redevient Duc ;-) suite et fin heureuse.

SAM_3453Une super bonne nouvelle pour notre Pachou : sa vraie famille la enfin retrouvé ! En effet hier soir je reçois un appel : "Je pense que vous avez mon chat, Pachou il s'appelle en réalité : Duc". En effet après avoir posé des questions pour vérifier si Pachou correspondait bien au chat perdu, j'étais bien en contact avec sa famille.  Quel choc ! Je croyais le garder à vie, car qui voudrait de lui : malade, plus très jeune…

Donc ce matin mon mari, Pachou, son "barda" (oui quand on quitte une famille d'accueil des Chats Libres de Nîmes Agglo on ne part pas sans son petit nécessaire à chat ;-) et moi même nous voilà en route en direction de Nîmes ; nous le cœur un peu triste et Pachou très en colère d'être enfermé dans une boite de transport. Nous déposons Pachou qui donc à ce moment là redevient  Duc dans sa maison et instantanément il se dirige aux endroits stratégiques de son ancienne vie : la chatière, la gamelle, la litière…. Nous apprenons que cela fait un an que le chat à disparu. Qu'il avait été cruellement tailladé par des personnes quelques temps auparavant. Pourtant Duc a su  donner à sa famille d'accueil un amour inconditionnel et rare. Aucune rancune envers l'homme.

Duc et revenu le jour anniversaire de sa jeune maitresse. Elle l'a vite pris dans ses bras et Duc me regardait l'air de me dire : "et bien tu en as mis du temps à retrouver ma famille, pourtant j'ai bien essayé de te parler avec mes yeux, avec mes pattes, ..."
Il y a deux choses à retenir de cette histoire qui ressemble fort à un conte de fées :
premièrement :  pucer son chat est un acte d'amour. La puce c'est donner une voix à son animal (n'apprends-t'on pas à un enfant dés qu'il en ait capable l'adresse où il vit ?)
deuxièmement : un chat testé positif à la leucose est un chat qui a le droit de vivre, qui ne va pas semer la mort autour de lui, quelques précautions suffisent pour que sa vie ne mette pas en danger la vie des autres chats et la sienne.
Grâce à Pachou nous, (les bénévoles), avons tous compris que  nous ne  pouvions pas baisser les bras, il nous a redonné du courage pour continuer à abattre la tâche immense qui nous attends tant sur le terrain que dans les bureaux. Il nous faut convaincre les pouvoirs publics de prendre à  bras le corps le problème des chats dans la ville de façon éthique et rationnelle. Nous sommes là pour les aider.