Lichi, quand persévérance et patience avec les chats sont des vertus essentielles

lichi

Très affaiblie et marquée par la douleur

Et comment, grâce à cela, éviter une amputation programmée…

L’hiver dernier, la petite Litchi a été trouvée blessée dans un lotissement de Nîmes.
À peine âgée de 3 mois, elle avait subi un choc violent qui lui avait fracturé le bassin et cassé la patte arrière qui restait pendante, et qu’elle traînait derrière elle sans pouvoir la poser.

Elle n’a dû son salut que grâce à de bonnes âmes qui la nourrissaient régulièrement et qui nous l’ont signalée. Aussitôt prise en charge par l’association, elle a été installée dans le foyer de Sylvana, qui lui a ouvert grand les bras, comme chaque fois.
C’est très affaiblie et marquée par la douleur qu’elle a été enfin mise en sécurité.

Mais quelle serait son évolution ? Pourrait-elle un jour retrouver l’usage de sa patte abîmée et remarcher à peu près normalement ?

 

 

patte-lichi

soins-litchi-patte

La petite équipe de « parrains bénévoles Chats libres de Nîmes Agglo » s’est rapidement mise en quête de solutions, avec un seul but en tête : lui éviter l’amputation, qui semblait pourtant inéluctable…

Or, la visite chez le vétérinaire a mis en évidence que son bassin avait commencé à se ressouder, et que sa patte était encore irriguée en partie, mais très atrophiée et sans réflexe.

Nous avons donc décidé de lui donner tout le temps nécessaire, afin de voir si des soins et des massages réguliers de rééducation permettraient de produire une évolution, même infime.
Le risque majeur pour elle était de se blesser, à force de traîner sa patte au sol : la blessure finirait par s’infecter, avec toutes les complications à la clef !

Une jolie « poupée pansement » a été confectionnée pour lui éviter le frottement, mais rapidement, nous nous sommes aperçus que cela la gênait beaucoup et qu’avec le confinement, la moiteur provoquait une odeur malsaine et même, un début d’irritation.

Tout l’inverse du but recherché !

atteleUne prothèse médicale utilisée normalement pour les fractures des doigts humains.sylvana3 Il nous fallait trouver autre chose…

L’avertissement du vétérinaire était clair : à tout prix, il fallait l’obliger à reposer sa patte verticalement sur ses coussinets !
C’était la seule issue pour lui éviter l’amputation…

Mais comment faire pour forcer un chat à suivre une rééducation dont, bien sûr, il ne veut pas ?
Après plusieurs soirées passées à cogiter, l'idée nous est venue de détourner de son utilisation une prothèse médicale utilisée normalement pour les fractures de la main et plus particulièrement des doigts, pour l’adapter à sa patte.

L’attelle type « grenouille » en alliage léger semblait pouvoir apporter une solution pour corriger son handicap.
Après avoir essayé des modèles de deux tailles différentes, la plus grande a semblé lui convenir au mieux. Rapidement et à notre plus grande joie, la chatte ainsi appareillée a commencé à faire l’effort de tirer et soulever sa patte pour la poser droite en chandelle. Nous étions encore loin du but, mais au moins, le mouvement allait dans le bon sens et sa motricité semblait revenir.

Au cours des massages d’assouplissement, nous sentions qu’elle tirait dessus de plus en plus fort pour la soustraire à nos soins… c’était bon signe : nos efforts commençaient à produire leurs effets bénéfiques.

 

litchi-debout-chez-sylvana

sylvana2

Une jolie tête qui respire le bonheur retrouvé.

 

Les semaines ont passé et les progrès ont été constants, d’autant plus qu’après avoir effectué de nouvelles recherches, un autre modèle d’attelle a été trouvé. Cette fois-ci, l'appareillage est en PVC semi-rigide de type » gouttière », encore plus léger, et qui semble idéal pour lui donner plus de liberté de mouvement et de confort.
Et effectivement, aussitôt posé, aussitôt adopté ! Litchi pouvait à présent poser sa patte sur ses coussinets en étant légèrement maintenue et sans contrainte forte.
Sa démarche redevenue normale, sa rééducation était en route et se ferait toute seule, à la grande stupéfaction des vétérinaires ! Nous avions gagné et nous savions qu’elle ne serait pas handicapée à vie. En parallèle, Litchi s’est métamorphosée physiquement, et ce rapidement et en tout point. Arrivée faible, malade et marquée par la douleur, elle est à présent pleine de vie et joueuse, avec une jolie tête qui respire le bonheur retrouvé. À nouveau sur ses quatre pattes, elle représente pour nous une belle réussite après beaucoup de nouvelles souvent bien tristes. Elle vit en compagnie de Kenza.La belle Litchi n’attend plus, à présent, que son adoption par une famille qui lui ouvrira son foyer et qui l’aimera pour la vie !
Jean-Denis, le 29 avril 2016.

Lichi, née le 1er avril 2015, est à l'adoption chez Sylvana, joignable au 06 21 63 06 82. Une participation de 100 euros vous sera demandée pour la stérilisation et l'identification de cette minette aux si jolis yeux. À lire avant l'adoption : l'adoption  et une fois l'adoption effective : nos conseils