Aramis a besoin d'un foyer

NÎMES - Aramis est le dernier chat à devoir quitter son territoire qu'il ne reconnait plus. Et pourtant, il est là à m'attendre chaque soir.               

Sent-il qu'il n'y a pas encore de place pour lui ailleurs ?

Je l'ai connu efflanqué, terrorisé, se traînant sur trois pattes tant il souffrait. Depuis, il est resté handicapé, il boîte. Accident ou maltraitance ?

Je l'ai revu ; il ne parvenait plus à ouvrir un œil et il souffrait d'une longue coupure entre deux doigts d'une patte avant, si enflée qu'il ne pouvait plus la poser à terre.

J'ai pleuré face à tant de souffrance et de courage, quand il est arrivé tremblant, son poitrail blanc maculé de sang , une grande blessure à la gorge.

Impuissante, j'ai été pétrifiée de peur lorsqu'il s'est fait poursuivre par un staff, chien très puissant lâché sur lui par des adolescents désœuvrés du quartier.

Il a vu son petit paradis perdre les grands arbres et les épais buissons qui le protégeaient. Il a vu et entendu les énormes et bruyants engins remuer des tonnes de terre et abattre le petit appentis sous lequel il pouvait se protéger de la pluie, du vent et du froid.

Il a perdu pour toujours son havre de paix, ce grand jardin envahi par la végétation ; il a assisté au départ de ses compagnons adoptés ou reçus en famille d'accueil. Son territoire complétement clôturé est devenu une longue bande de terre jonchée de gravats et sillonnée par de profondes ornières que la pluie a commencé à remplir.

Heureusement, il reste encore pour quelques jours de petits passages pour Aramis. Un grand chantier va prendre place et malgré la gentillesse des propriétaires qui nous ont toujours laissé le terrain à disposition, l'accès sera bientôt interdit. Aramis doit partir, mais ne jamais retrouver sa vie de chat errant qui le confronterait aux dangers de ce quartier et aux actes de malveillance. Sa vie se terminerait peut-être sous un jet de pierres, sous une voiture. Il pourrait mourir empoisonné, caché derrière un buisson.

Je ne connais pas son âge, mais nous avons fait connaissance en 2016.

Ma venue quotidienne et le rituel du repas l'a aidé à se rapprocher de moi et des autres chats et de s'installer peu à peu dans ce qu'était ce petit paradis aujourd'hui perdu. Il s'est embelli et en prenant de l'éclat, sa fourrure a révélé toutes les nuances de gris de ses rayures mouchetées, çà et là, d'un reflet mordoré.

Son beau maquillage à l'égyptienne souligne un regard toujours un peu triste, parfois sombre ou terrorisé. Alors, c'est comme si toutes les souffrances engendrées par les violences de la rue ou de l'abandon ressurgissaient. Aramis est  stressé, il a peur et reste sur la défensive... Un petit coup de patte peut être déclenché par un geste trop brusque ou trop rapide...Aramis n'est pas agressif. Il a besoin d'être réconforté : il est réceptif à la voix aime quand je lui parle doucement. Il est si attendrissant. Ce chat hypersensible et plutôt solitaire vous demandera de l'attention, de l'affection, de la douceur et  beaucoup de patience.  Il est urgent pour Aramis d'être protégé d'un environnement hostile et des intempéries qui amplifieraient son handicap et le mettraient un jour en danger.

Votre maison sera son refuge, votre jardin son espace de liberté. Il restera peut-être discret, mais à sa manière, il vous témoignera son attachement. Aramis sera stérilisé et identifié par l'association dès sa sortie du terrain.

Une participation de 50 €uros vous sera demandée pour la stérilisation, l'identification par puce et le déparasitage du chat. Vous pouvez aussi laisser un message à Michèle en cas d'absence au 04 66 29 00 24 ou au 07 69 51 22 67.