Un été conforme aux précédents ou le carrousel de l'horreur

Les années passent, rien ne change !

"Le confinement devait changer le monde. Les Français devenaient plus solidaires, plus responsables. L'humain aurait compris la valeur de la vie", nous rebattaient les journalistes...

Mais force est de constater que rien ne change :

Les petits points blancs sont des graines qui s'accrochent au pelage.

19h30, un samedi de mai. Un appel avec, en fond sonore, des miaulements de chatons. Et Dieu sait qu'un chaton en  perdition miaule fort ! Ils sont sur l'Esplanade, à Nîmes. Tout le monde passe, mais personne ne s’arrête, sauf une dame qui nous contacte :   "Aucune association ne répond...", me dit-elle. Bien sûr, les refuges ont fermé, mais nous, les bénévoles, nous répondons, et peu importe l'heure. Un chat noir est difficilement adoptable, mais les Chats libres de Nîmes Agglo ne les rejettent jamais. Reste à trouver de la place pour les accueillir et là aussi, cela va être un vrai challenge, tant nous sommes en manque de familles d'accueil.

Début juin : des chatons sont jetés  dans un puits ! On peut en apercevoir encore deux vivants ! Ils ont pu être sortis de ce tombeau.

Les trois chatons des poubelles en accueil.

Vendredi 26 juin : un appel... une dame voulait rajouter un sac dans son conteneur poubelle qui est dans la rue, et les éboueurs sont arrivés à sa hauteur. Elle a ouvert sa poubelle et y a trouvé trois chatons âgés de 4 à 5 semaines !  Comble de l'horreur : les éboueurs lui ont proposé de prendre les chatons et de les mettre dans la benne !

Cette minette est errante et issue d'une portée de chatons nés dans la rue. Elle est  beaucoup trop jeune pour avoir une portée. Voyez la terreur dans son regard quand on la découvre !

Ce chaton trouvé hier soir pèse 400 g et se trouve dans un état de dénutrition avancé.

Celui-ci a été trouvé dans un carton près des poubelles. L'éboueur avait mis de côté le carton pour le mettre en sécurité. En voyant l'état déplorable du chaton, le vétérinaire nous a proposé l’euthanasie. C'était mal connaitre le dévouement et la volonté des bénévoles qui se démènent et luttent pas à pas pour changer le cours du destin ! Aujourd’hui, le chaton semble sauvé.

Nîmes : XXIème siècle et toujours la même misère animale…

Voici un échantillon de ce que nous vivons,
chaque  jour,
chaque semaine,
chaque année et cela continue,
indéfiniment,
comme un carrousel de l'horreur.

Aujourd’hui encore, un chaton mort dans un grenier après avoir miaulé nuit et jour, un adulte mort dans le piège. Il devait voir le vétérinaire, mais nous avons réussi sa capture trop tard. Il craignait tellement l'homme !

Et à l'instant : un chat vient d'être récupéré totalement dénutri, déshydraté, atrocement battu !

Comment voulez-vous faire face à une telle déferlante ?

Les vacances approchent avec la chaleur tant attendue par les vacanciers et tant redoutée par les amis des animaux. Ce sera un cran de plus à rajouter pour leur survie.
Nous allons avoir des appels à l'aide qui vont nous torturer des nuits durant et démolir nos espoirs de vivre dans un monde enfin plus juste et plus solidaire.
Nous avions eu tort de rêver d'un monde où la vie serait reconnue comme un trésor. Nous pouvons vous le dire : le confinement n'a rien changé ou plutôt si, il a accentué la bassesse, l'ignorance et le sadisme humain.

Mais, si vous croyez que nous allons baisser les bras et ne plus répondre  aux appels à l'aide, c'est bien mal nous connaître ! 
Nous allons continuer et nous continuerons avec vous !  Ensemble, on doit pourvoir faire bouger un tant soit peu le curseur de l'empathie :  pour l'animal qui va en bénéficier, cela en vaut la peine !
Rejoignez-nous. Aidez-les !

Le 26 juin 2020.