Duchesse : tous coupables ?

Le 30 octobre dernier, l’Association Les Chats Libres de Nîmes Agglo est intervenue à Vauvert (Gard – 30) pour prendre en charge la chatte Duchesse, mortellement blessée par des adolescents qui jouaient au ballon avec.

CL Duchesse

Le 30 octobre dernier, l’Association Les Chats Libres de Nîmes Agglo reçoit un nouvel appel de détresse. C’est une dame de Vauvert. Elle vient de récupérer une chatte dans un triste état après que des gamins l’aient brutalisée. Immédiatement, la présidente, Laure Breye assure sa prise en charge financière et vétérinaire, puis le suivi de la pauvre Duchesse qui doit malheureusement être euthanasiée dans les heures qui suivent.
Interrogée sur ce triste fait divers Laure Breye s’insurge : « Cela fait plus de huit ans qu’on s’occupe des chats sur Vauvert en plus de notre secteur. Nous avons assumé un grand nombre de stérilisations en aidant les petites associations sur place qui ne peuvent pas faire face. Il faut savoir que Vauvert est malheureusement une haute place d’actes de cruauté envers les animaux en général, et les chats en particulier.

 
Des années que nous tirons la sonnette d’alarme. Cette expression de la violence est l’affaire de tous.

Des années que nous tirons la sonnette d’alarme. Chaque fois, nous alertons les pouvoirs publics et les grandes associations ou fondations nationales qui ne nous répondent pas. Ce n’est pas faute d’essayer de nous faire entendre ! Il y a de la maltraitance, et beaucoup trop. Chaque période de vacances scolaires, c’est l’explosion des appels pour actes de cruauté et torture commis par des jeunes désœuvrés. Nous croulons sous les dossiers les plus sordides. Il faut le dire, mais surtout il faut agir ! Intervenir, oublier sa peur, avoir le courage de témoigner (car sans témoignage direct et précis nous ne pouvons rien faire) et porter plainte pour qu’un jugement puisse être prononcé. Les Chats Libres de Nîmes Agglo se portent bien sûr partie civile dans le cas de la malheureuse Duchesse. On ne peut pas laisser de tels actes impunis, ce serait les encourager. Il faudrait surtout éduquer, que les adultes et l’État agissent en prévention. Cette expression de la violence chez les jeunes est l’affaire de tous.

Des associations débordées.

Duchesse avait été signalée il y a plusieurs mois déjà à différentes associations, dont la nôtre. Elle avait été stérilisée et était nourrie, mais elle était en danger dans ce quartier, nous le savions tous, mais personne ne l’a fait sortir de la rue faute de place. Nous sommes surchargés de demandes, d’appels au secours, de chatons. Nos familles d’accueil compte 2, 3, 4 voire plus de chats. Sur le terrain, rien que l’an dernier, nous avons fait soigner, stériliser et adopter pour certains plus de 1300 chats ! Pour réaliser ce travail, nous agissons tous bénévolement, en dehors de nos heures de travail. Imaginez ce que cela représente. Pour financer tout cela, nous multiplions les actions : vide-greniers, expositions, loto, calendrier, appels aux dons car nous ne recevons quasiment pas de subventions de la part des mairies ou d’aides des grandes associations nationales. Rien que ce mois-ci, nous avons à régler 20 000 € utilisés uniquement pour les chats et rien que pour les chats. Et nous y arriverons ! Parce qu’une fois qu’on a vu la souffrance, la vraie, le martyr, la tristesse et l’incompréhension dans un regard, la misérable existence de ces oubliés de la ville, celles des chats, on ne peut plus fermer les yeux et faire comme si de rien n’était.

La seule question qui se pose à présent est la suivante : combien faudra-t-il encore d’Oscar, de Caramel, de Duchesse qui défraient la chronique avant que les particuliers ne se responsabilisent et que les pouvoirs publics ne se décident à faire évoluer les choses en commençant par voter la stérilisation obligatoire des animaux de compagnie seule et unique solution à la misère féline sous toutes ses formes, y compris les actes de cruauté à son encontre ? »

Association "les Chats Libres de Nîmes Agglo"