Pourquoi m'arrive-t-il cela ?

l

Épuisé, me voici dans la cage, enfin en sécurité

La main d'un gentil humain me réconforte, mais je suis tellement fatigué... et j'ai mal depuis si longtemps...

J’ai à peine 1 mois et demi, j’ai la patte avant cassée au niveau du coude et cela me fait très mal… J’ai été trouvé avec un bout de bâton fixé à ma patte avec du scotch.

Je ne me souviens pas de qui m’a fait cela, mais cela n’a rien arrangé et je ne peux plus marcher. Puis on m’a déposé dans une friche, dehors, à côté d’un bassin de rétention. Tout seul, au milieu de nulle part !

J’ai très mal et très peur ! Je ne sais pas pourquoi il m’arrive une telle chose. Car je suis tout gentil et câlin. Je commence à peine à vivre, à explorer autour de moi. Je veux juste m’amuser, gambader et avoir des gâtés.

Mais là, je ne peux pas ! Je ne sais pas où je suis et je n’ai plus ma maman. Alors, j’ai appelé et pleuré très fort pendant longtemps.

l

À la clinique, ils ont dit que l’on devait m’opérer rapidement...

Moi, si petit et sans défense, pesant à peine 850 grammes, je vais devoir être fort...

Heureusement, Andrée, une dame bénévole, m’a repéré, car je n’étais pas très loin d’un point de nourrissage.

( En effet, des dames au grand cœur - quoi qu'en disent les mauvaises langues ou les cœurs durs comme la pierre - nourrissent les chats et veillent sur eux. Cela n’entraîne pas de prolifération, car ils sont aussi stérilisés par Les Chats libres de Nîmes Agglo. Ne pas nourrir un animal ne l’empêche pas de se reproduire ! On cherche un responsable, alors que la faute est collective :
- ceux qui ne stérilisent pas leurs chats et donnent les chatons ou les abandonnent ;
- ceux qui abandonnent leur chat non stérilisé ;
- ceux qui ne manifestent pas assez fort leur soutien à la cause animale de peur d'être moqués ;
- ceux qui utilisent cette même cause comme faire-valoir au lieu de penser aux animaux. Ces derniers subissent notre vanité et notre incapacité à nous conduire comme des êtres humains responsables.)

Laure Gilly

Andrée a vite alerté Jean-Denis, qui était dans le coin.

Ils ont parlé de moi au téléphone et j’ai été amené chez les docteurs des chats.
À la clinique, ils ont dit que l’on devait m’opérer rapidement...
Moi, si petit et sans défense, pesant à peine 850 grammes, je vais devoir être fort...
J’ai tant besoin d’être réconforté, car je vais sûrement avoir mal encore.
Mais pourquoi m’arrive-t-il cela ?

J’ai entendu ensuite que l'on viendrait me chercher pour m’emmener chez Elisabeth. Jean-Denis m’a dit à voix basse que là, ce sera chez moi, que j’aurai des croquettes à volonté et qu’un couffin igloo douillet m’attendra, garni de jouets rien que pour moi !

Il m’a dit aussi qu’Elisabeth me prendrait dans ses bras tout contre elle pour m’aider à avoir moins mal et à guérir vite. Elle me donnera tous les gâtés que je n’ai pas eus.

Je suis encore tout petit et j’en ai tant besoin !

Je rêve de pouvoir bientôt remarcher pour enfin jouer et faire mes premières découvertes de chaton.

Je serai opéré ce mercredi 11 octobre 2017.

On a dû me poser deux broches pour maintenir mon coude, qui était cassé en mille morceaux... plus rien ne tenait !

L’amour qu’elle me donne va m’aider à guérir vite et oublier tous ces jours difficiles.

Ça y est ! Je me suis réveillé hier après-midi avec un pansement à ma patte. L’opération a été difficile, car j’ai de petits os et on a dû me poser deux broches pour maintenir mon coude qui était cassé en mille morceaux... plus rien ne tenait !

Je dois prendre un traitement anti-douleur qui m’aide bien… et je reprends peu à peu goût de la vie avec les caresses que l’on me donne à la clinique. Mais je veux partir de là, car tout ce monde et ces odeurs stressantes me font un peu peur.

Ouf ! Comme promis, on est venu me chercher en voiture.

J’ai bien aimé, j’ai été très sage. De mes grands yeux, j’observais tout et j’ai ronronné.

Puis, nous sommes arrivés et j’ai finalement découvert ma maison et Élisabeth, qui m’a baptisé Shinji. Après avoir fait un petit tour, j’ai compris que je serai bien et que plus que tout, l’amour qu’elle me donnera va m’aider à guérir vite et oublier tous ces jours difficiles.

Après, je serai mis à l'adoption, et cela sera la suite de cette histoire vraie...

Le 12 octobre 2017 - Jean-Denis Miquel

 

 

 

Ça y est ! Je me suis réveillé hier après-midi avec un pansement à ma patte.

L’opération a été difficile, car j’ai de petits os et l'on a dû me poser deux broches pour maintenir mon coude qui était cassé en mille morceaux... plus rien ne tenait !

Je prends des anti-douleurs qui m’aident bien… et je reprends goût à la vie avec les caresses que l’on me donne à la clinique. Mais je veux partir de là, car tout ce monde et ces odeurs stressantes me font un peu peur.

Ouf ! Comme promis, on est venu me chercher en voiture.

J’ai bien aimé et j’ai été très sage. Avec mes grands yeux, j’ai tout observé et j’ai ronronné.

Puis, nous sommes arrivés et j’ai finalement découvert ma maison et Élisabeth, qui m’a baptisé Shinji. Après avoir fait un petit tour, j’ai compris que je serai bien et que plus que tout, l’amour qu’elle me donnera va m’aider à guérir vite pour oublier tous ces jours difficiles.
Le 12 octobre 2017