Pardon Minet

ange-1 Un village du Gard. Un chat mourant sous une voiture. Émilie aime les animaux et ne supporte pas la maltraitance qu'ils supportent au quotidien. Émilie est seule contre tous ou presque, car aimer les animaux, cela amuse les imbéciles. Elle n'arrive pas à attraper le chat qui se méfie. De l'être humain, il n'a retenu que les coups de pieds et les jets de pierres... Émilie prend connaissance de l'existence de l'association et elle nous contacte, non pas pour que nous attrapions le chat, non pas pour que nous prenions en charge les frais, mais juste pour que nous lui prêtions un piège.
ange-2 Ce pauvre minet est jeune. Il a un œil crevé, le  poils mité, les pattes sales, le ventre gonflé par la vermine nous dira plus tard le vétérinaire. Il a mal. Quand on connait les chats comme Émilie, on sait reconnaître la souffrance d'un chat, même si celui-ci la cache. Son corps laisse échapper des témoignages d'une fin annoncée pour ne pas dire espérée... Les villageois profitent du spectacle, car pour l'heure, Émilie peine à capturer le chat. Il n'est pas attiré par la nourriture et ne voit donc pas l’intérêt de rentrer dans la cage... Coline, une autre amie des animaux, lui prête main forte et enfin, il est pris.
ange-3 Cet animal fait peine à regarder. Coline et Émilie ont eu mal tout le week-end. Les autres ne comprenaient pas, ils rigolaient ou se moquaient : un chat ! Faire tant d'histoires pour un chat ! Il y a tant de monde qui a besoin d'aide. En effet, c'est bien connu : laissons crever les chats, les hommes seront plus heureux et tout le monde mangera à sa faim ... enfin ceux qui le pourront, car nous, nous ne mangerons pas de ce pain là et continuerons à les aider, n'en déplaise aux donneurs de leçons.

Le vétérinaire de garde a bien examiné l'animal : "Il n'y a plus rien à faire."

Pardon Minet ... nous aurions tant aimé te sauver... Quand on vous dit que les chats de la rue naissent pour souffrir et mourir... Ce n'est pas une simple expression, mais la réalité.

Dimanche 23 août 2015.