Nos vacances auprès des bénévoles - juillet 2018

Comme certaines personnes l’ont su, nous avons pu passer une semaine de vacances à Nîmes. Durant cette semaine éclair, nous avons pu voyager « aux quatre coins du Gard » : Nîmes, ZUP Nîmes, Beauvoisin, Aubord, Aigues-Vives, Grau-du-Roi, Souvignargues, Montfrin, Théziers et Rodilhan.

A ce sujet, je tiens à remercier chatlheureusement toutes les personnes qui :

  • nous ont accordé de leur temps pour participer aux actions de : nourrissage et trappage
  • nous ont si gentiment ouvert leurs portes, pour faire connaissance « en chair et en os », certes, mais surtout pour partager une passion commune : les minouchats.

Nous avons vraiment été ravis de tous vous rencontrer et de pouvoir partager des moments avec vous.

                Nous avons été impressionnés par la gentillesse, la patience, le dévouement de chacun à cette cause, que beaucoup jugent « inutile », car elle concerne les chats, qui ne sont que des animaux. Mais toutes les causes ne valent-elles pas que l'on se batte ?

                Les membres de l’Association Les Chats libres de Nîmes agglo sont comparables à une énorme fourmilière. Chacun a besoin de l’autre. Chacun a un rôle important. Chacun participe à sa manière pour faire « tourner » l’association, pour que les sous rentrent, etc.

Je voudrais tordre le cou à des idées reçues :

A ceux qui pensent que l'association possède un arbre à billets et que ses fonds sont inépuisables, sachez que l'argent est pour un quart du budget rapporté par le travail des bénévoles.

Pour ne citer qu’une ou deux actions, il y a le repas annuel chez Agnès. Dynamique, patiente et souriante, Agnès se décarcasse pour accueillir et composer un repas succulent pour … 40 à 50 personnes. 

Comme d’autres bénévoles, elle organise également des brocantes.

Agnès stocke de multiples affaires : des objets de décoration en passant par des meubles, habits, jouets ou livres (il faut voir le Chalet des Livres ! ou le garage) pour organiser des brocantes à thèmes. Isabelle, quant à elle, stocke les produits collectés pour le recyclage.

Tout cela poursuit un seul et même but : ramener des sous pour l’association, car à chaque fois, les bénéfices sont pour l’association.

Tous les chats libres de Nîmes ou des environs ne sont pas la propriété de l'association, pas plus qu'ils ne sont sous sa responsabilité. Ce n'est pas qu'elle ne le veut pas, mais c'est totalement impossible à assumer. Ceux qui reprochent à l’association le nombre important de chats errants ne doivent pas se tromper de cible. Les responsables sont les personnes qui les abandonnent, c'est tout !

Revenons à notre découverte de la vie des «  Chats libres de Nîmes agglo . Aux côtés des bénévoles qui trouvent des finances, il y a des personnes qui nourrissent à la ZUP et dans les villages avec leurs propres deniers et piègent un peu partout. L'association prend en charge les stérilisations et les soins.

Ces étoiles bienveillantes sont toujours présentes pour leurs protégés  7 jours sur 7, 365 jours par an, par tous les temps et toutes les saisons.

A l’arrivée sur le parking, j’ai pu voir qu’on nous attendait. Et pourtant, ce ne sont que des chats errants ! Ces nourrisseurs sont attachés à leurs protégés. Et si l’un d'entre eux ne va pas bien ou s’il faut piéger pour une autre raison, ils sont encore présents.

Le piégeage auquel j’ai assisté a été très rapide : la chatte a été attrapée à la main et mise dans la cage… puis, direction le vétérinaire. Bon d'accord... ce n'était pas un vrai piégeage !

Mais dans la plupart des cas, cela ne se passe pas comme cela. Et là, je vous laisserai lire nos deux livres :

« Le Peuple de l’Ombre – Les Histoires Humaines et Félines des Chats Libres de Nîmes Agglo » 

« De l’Ombre à la Lumière – Les Nouvelles Aventures Humaines et Félines des Chats Libres de Nîmes Agglo ».

Et voilà, la boucle est bouclée… plus ou moins.

Le vétérinaire établit une facture et l’argent récupéré lors des différentes manifestations est utilisé.

Pour en revenir à la minette, bien évidemment, elle n’est pas restée chez le vétérinaire. Elle est recherchée, soignée si besoin, et si place il y a dans une famille d’accueil, elle sera mise à l’adoption. Sinon, elle sera remise sur le site.

                Chacun des bénévoles n’a pas de vie privée ou presque (c'est une façon de parler). TOUT est fonction des chats, du trappage, du vétérinaire, des manifestations à préparer et à organiser, des coups de téléphone incessants pour des demandes d’aide, du travail administratif, comptable etc.

Scala, l'un des chats trouvé dans la rue...

Ce qui nous réunit tous, c’est l’Amour, le bien-être des félins. Peu importe notre âge, notre sexe, notre nationalité ou nos revenus.

Chaque personne est unique et se bat avec ses moyens.

Et c’est cette DIFFÉRENCE, qui fait L’UNITÉ de cette association, de mon association de CŒUR.

Ca vous dit de nous rejoindre ?! Toutes les idées et mains sont les bienvenues !                                                                                                                            Christine et Julian