Mirabelle, Joos, une histoire qui ne finit pas...

Ces deux histoires se déroulent à Souvignargues. Cela se passe également partout où il y a des chats abandonnés, et cela devient la nouvelle mode de nos jours. Les uns abandonnent, les mairies feignent de ne rien voir, les associations essayent d'éponger la misère et de stériliser, les amis des animaux, le cœur en lambeaux devant autant de détresse, essayent de soulager également en ayant les bien pensants contre eux ! "Ne les nourrissez pas "! voilà leur leitmotiv ! C'est comme cela, dans notre département entre autres, que l'on "respecte" un animal domestique  et c'est comme cela que l'on "oublie" la loi du 15 janvier 2015 qui recommande la stérilisation par les mairies.

mirabelle-teteAlors, il y a des chattes et des chats qui ont quelquefois la chance de rencontrer un ange gardien.  Voici ce que nous raconte Jacques : "A propos de Mirabelle, notre opérée... Le vétérinaire nous demandant un nom, j'ai choisi Mirabelle, comme ce chaton tigré adorable qui m'avait marqué en 1998, car elle m'avait adopté, me suivant comme un petit chien dès deux mois. Très vite, dès l'âge de quatre mois, nous nous sommes aperçus qu'elle avait un problème : le problème, de naissance, venait de ses reins et à la lecture des radiographies, le vétérinaire nous a expliqué qu'ils étaient comme cuits à la poêle et qu'il n'y avait rien que l'on puisse faire pour la sauver.
Nous avons eu, elle et moi, encore environ deux mois d'amour et d'affection de l'ordre de l'exception, bien que je garde des souvenirs très tendres de tous les chats qui sont passés dans notre famille. Mirabelle, malgré sa courte vie, reste présente tant elle m'a donné d'amour, comme si le temps de s'exprimer lui avait été compté.

mirabelleLa nouvelle Mirabelle est une petite chatte noire vivant à la rue depuis plus de dix ans et atteinte d'une tumeur mammaire cancéreuse. J'ai pu la faire soigner grâce à l'aide de l'association. J'ai pris notre nouvelle Mirabelle noire avec moi dans ma chambre. Trois autres chats occupent la pièce quand ils ne sont pas dans la maison et Mirabelle, avec sa protection blanche, les a fait paniquer quand ils l'ont rencontrée. Bien que toujours prudents à son égard, ils commencent à l'ignorer.
Quant à elle, d'abord abrutie par les suites de l'opération, elle dort aujourd'hui sur le lit, au dessous duquel elle s'est cachée durant quelque temps. Je l'aide à trouver ses marques pour la litière et elle a mangé des croquettes aujourd'hui. Il faudra lui enlever ses fils d'ici une dizaine de jours.

Voilà les dernières nouvelles. Ayant plus de dix ans de vie dans la cour, elle continuera désormais à vivre à l'intérieur de la maison."
joos-entier joos joos-gueri

Il y a eu aussi Joos, un chaton qui trainait à la rue avec ses trois sœurs. Jacques et son épouse Christine les ont recueillis et ont réussi à placer à l'adoption les petites femelles avec l'aide de l’association, mais nous avons dû faire soigner Joos d'un œil. Les soins ont échoué et il a fallu l'énucléer. Il a courageusement subi tout cela sans jamais montrer le moindre signe de détresse. Les chats sont incroyablement résistants à la douleur.

J'avais régulièrement des bonnes nouvelles du chaton quand, un samedi de décembre, j'ai reçu un appel : Joos avait tout simplement perdu l'usage de ses pattes arrières. Le pronostic était malheureusement terrible : il n'y avait plus rien à faire... et nous avons du faire endormir ce chaton le 8 décembre 2015. C'est toujours un moment difficile à vivre, tout autant que de consoler les personnes qui vivent cela, car au dehors, on entend : "Dites donc, ce n'est qu'un chat ! Faut pas exagérer ! " OUI, ce n'est qu'un chat pour eux, mais pour nous, c'est une vie comme une autre... c'est tout.

Pourquoi autant de souffrance tant pour les animaux que pour nous qui les soignons ?

Peut-être pour nous montrer que rien n'est jamais acquis et qu’il faut nous battre sans cesse, car si ce n'est pas l'imbécilité des hommes, c'est l'injustice de la maladie qui les rattrape... Joos et ses compagnons de misère auront emporté avec eux, au paradis des animaux, une petite image d'hommes qui ont su les voir comme des êtres vivants et sensibles. Piètre consolation, j'en conviens.