Lettre d'un propriétaire après l'empoisonnement de son chat

A Figaro et tous les autres...

Aujourd'hui j'ai perdu un ami, je suis rentré du travail, il n'est pas venu me voir comme il le faisait souvent.

Je l'ai retrouvé, dans le jardin, alors qu'il souffrait le martyr, pris de spasmes, et cherchant son souffle.

Il est mort dans mes mains dans d'atroces souffrances, il est mort «empoisonné» comme on dit, on devrait dire assassiné comme tant d'autres dans le quartier ces derniers temps.
Il est mort parce que des «êtres humains» se livrent à des rituels barbares dignes d'un autre temps.

Techniques moyenâgeuses consistant à donner du poison à un animal dérangeant.
Pourtant Figaro était une superbe bête, qui n'était là que pour apporter de l'amour à ses maitres.
(...)

Je conseille à ces individus de stopper ces actes car nous sommes de plus en plus nombreux à déposer plainte à la gendarmerie et au tribunal, il faudra bien que la justice soit rendue.