C'était le 31 décembre 2018

Aujourd’hui, dernier jour de l’année, je voulais vous remercier pour toutes les bonnes choses vécues en 2018 au sein des Chats libres.



Il y a des chats dont le regard vous donne envie de déplacer des montagnes.

Il y a des chats qui créent un lien social : Perle des Magnolias en fait partie.

Après un abandon lâche, comme tous les abandons, elle a su émouvoir certaines personnes et malheureusement, d’autres se sont focalisées sur ce chat errant qui trainait dans la copropriété.

Elle a subi des jets de pierres, des bris de gamelle, des enfermements volontaires dans les caves, des tentatives de destruction de sa cabane de fortune. Et le top de l’ignominie : un dépôt d’excrément dans une de ses gamelles !!!

Le choc de l’abandon, le froid, la faim, la peur ne lui ont pas fait perdre totalement foi en l’être humain.

Gentille, jamais agressive, juste un peu craintive — et c’est normal —, Perle, c’est son nom, a rallié quelques habitants à sa cause.

De la nourriture, des caresses, un gîte de fortune et plus tard, un logement plus décent et surtout une acceptation de sa présence, après une sérieuse mise au pas des grincheux, ont permis aux « gentils » de tisser une relation de confiance.

Perle n’est plus toute jeune (environ 10 ans selon le vétérinaire qui l’a soignée en avril 2016 ; 12 ans en 2018). Après de terribles souffrances dans sa bouche : un callicivirus, cela ne pardonne pas !

Alors certes, Rome ne s’est pas faite en un jour. Il faut savoir user de diplomatie et ne pas heurter ceux qui pourraient l’être, quitte à mettre de la distance.

Il faut ignorer les cons, ce sont des incurables, et ne pas hésiter à les remettre en place quand c’est nécessaire.

Et avec les sympathisants, eh bien il faut entretenir ce capital relationnel  : bonjour, bonne journée, bon courage, comment allez-vous, puis-je vous aider, voulez-vous que je garde vos chats, etc…

Bref il faut être poli, diplomate, serviable, mais pas non plus naïf !

Laisser place nette autour du lieu de nourriture, entretenir la niche et les bonnes relations, avoir des appuis sur place (c’est chose acquise depuis quelque temps) et être présent quelles que soient les conditions climatiques.

Avoir une association sur qui l'on peut compter, ne serait-ce que pour soutenir le moral ou donner des conseils, est un plus !

Au fil des mois et des années, cette minette a permis aux gens qui ne se parlaient pas plus que ça de nouer des conversations et créer un dialogue propice aux égards dus à Perle.

Maintenant, en cas d’intempérie sévère qui mouille intégralement sa niche, elle est admise à loger dans le hall de l’entrée du 111 ; ce qui ne serait pas possible aux deux entrées d’à côté…

Pour cela, une gentille personne lui a confectionné un couchage à partir d’un blue jean. Nous y avons ajouté un dôme et nous prenons soin de vérifier que ce coin soit toujours propre…

Quand le temps le permet, la porte du hall reste ouverte, sinon nous ouvrons quand elle le demande.

Perle a tout compris, elle a accordé sa confiance et même un peu plus.

Ceux qui s’en vont au travail le matin lui disent bonjour, la gratifient parfois d’une caresse (si mémère le permet et ne dort pas) et lui ouvrent la porte pour qu’elle aille se soulager.

Voilà comment cette minette a su prendre une place importante au sein du 111 de la copropriété.

Merci Perle, car ce que je lis dans tes yeux est gravé à jamais dans mon cœur.

Je fais un vœux et une promesse : te permettre de finir tes jours chez moi (je dois déployer des trésors de diplomatie). Et si jamais, par malheur, ma minette Pupuce venait à me quitter, tu serais d’office rentrée chez moi !

Perle a maintenant un compagnon

Laure, je t’avais promis ce récit avant la fin de l’année… nous sommes le 31 décembre 2018 ! 😉 Christine Planche